logo EvaluationEntreprise.net
evaluation d'entreprise : le sommaire
methodes d'évaluation d'entreprise
analyse financiere
transcation et prix
lexique financier
images evaluation entreprise

Limites de la méthode des comparables



Limites :
L'évaluation par la méthode des multiples nécessite une certaine expertise.(Sélection de l'échantillon, choix des multiples, sources, ajustements).En effet sa pertinence repose sur la comparabilité de l'échantillon à l'entreprise cible. Or nombreuses sont les sources de différenciation. Chaque entreprise évolue dans un cadre spécifique, ainsi le cadre financier, la présence d'opérations à caractère extraordinaire, les différences entre les normes de comptabilisation (valorisation des stocks, amortissement du Goodwill), une différence dans la structure de financement ou dans la rentabilité, les écarts entre les taux d'impôts ainsi que des données économiques (la réglementation locale, la compétitivité, la pénétration des produits ou des services sur le marché) sont autant d'éléments qui peuvent faire naître des biais de valorisation. Il est donc souvent nécessaire d'opérer un certain nombre d'ajustement pour corriger ces écarts.


Ajustements à effectuer :
Selon le contexte et les entreprises choisies pour établir l'échantillonnage, il est parfois nécessaire d'effectuer des ajustements correctifs. On appliquera selon les cas des décotes. On distingue les décotes d'illiquidité, de taille, celle liée à une prime de contrôle, celle liée au risque de dépendance envers quelques clients / fournisseurs ou celle liée au risque de dépendance envers le dirigeant.
La décote d’illiquidité : Les titres des sociétés cotées en bourse présentent une liquidité que les titres des sociétés non cotées, en anglais ce phénomène se nomme marketability. Cela se matérialise par ie fait que leurs titres sont cessibles plus facilement. Parce que les frais de cessions sont moins importants, mais aussi par la simplicité qu'il y a à effectuer un achat d'action sur le marché boursier. Internet y est pour beaucoup. Pour cette raison on effectue une décote de 15 à 30 % sur le prix des actions cotées par rapport aux actions non cotées. Il s'agit de savoir si l'action de la société benchmark est liquide. Suivant sa liquidité on appliquera un pourcentage de décote plus important à la valeur de l'action de la société valorisée. La liquidité est estimée selon 4 critères :
1- L'existence à tout moment d'une offre et d'une demande. C'est une caractéristique essentielle des marchés financiers où les actifs sont cotés de manière continue au cours de la journée
2- La détermination du prix à l'avance. L'investisseur peut prendre sa décision d'achat de vente en fonction des prix observés.
3- La possibilité d'acquérir ou céder «rapidement». C'est-à-dire que l'investisseur doit être en mesure de saisir à tout moment les opportunités qui s'offrent à lui.
4- La possibilité de céder le pourcentage souhaité.
La décote de taille : La décote de taille est appliquée par l'évaluateur pour tenir compte d'un différentiel de taille souvent valorisé par le marché. L'actionnaire paie en quelque sorte le coût de la sécurité. C'est pourquoi on applique une décote de taille aux sociétés de plus petite taille. Il existe peu d'études statistiques permettant d'étayer le niveau de décote. En général il est de 15 à 30 %. De la même manière la méthode DGF tient compte d'une prime de risque (prime de taille) pour valoriser le taux d'actualisation.
La prime de contrôle : Les échanges boursiers représentent presque toujours des échanges de parts minoritaires qui ne permettent pas la prise de contrôle de la société cotée. Pour une transaction portant sur un pourcentage permettant une prise de contrôle de la société, il faut tenir compte d'une prime de contrôle. L'acquéreur accepte de payer plus cher son acquisition le prix de cession de l'action est donc survalorisé. Cette prime est de l'ordre de 20 % selon plusieurs études empiriques relatives au marché américain.
La décote liée au risque de dépendance envers quelques clients/fournisseurs : Les entreprises de taille modeste tissent des relations de confiance avec leurs fournisseurs et leurs clients. Il en découle une dépendance et le risque s'accroît. Il est bon de comparer les conditions dans lesquelles évoluent les sociétés du panel et la société cible.
La décote liée au risque de dépendance envers le dirigeant : Dans les entreprises de taille modeste, la bonne marche de la société est souvent due pour beaucoup à travail du dirigeant. Au risque qu'en sont absence la pérennité de la société puisse être remise en cause.
Principe des analyses de régression : Dans la pratique il est constaté que de nombreux décideurs choisissent les multiples qui ne sont pas appropriées ou appliquent ces multiples sans apporter les ajustements adéquats. Il en résulte alors une valorisation incorrecte. Avant une quelconque utilisation les multiples doivent être analysés avec soin. Les multiples résultants d'un échantillon sont souvent utilisés sous la forme de moyenne arithmétique ou de médiane sectorielle ce qui peut présenter des inconvénients. Un multiple moyen provenant d'un secteur d'activité maque les disparités en termes de valorisation ou de disparité au sein de ce secteur.

EVALUATION EN LIGNE


evaluation d'industrie
Evaluez votre entreprise en 10mn grâce à notre outil en ligne. Affinez cette évaluation par une analyse plus approfondie par nos experts...



MAXIMISER LA VALEUR


optimiser la valeur d'une entreprise Nos conseils pour accroitre la valeur de votre entreprise... En savoir plus


Plan du site
Méthodes d'évaluation
Diagnostic préliminaire
Méthode patrimoniale et le Goodwill
Méthode des flux de trésorerie actualisés
Méthode des comparables
Analyse financière
Outils d'aide à l'analyse financière
Lexique financier
La transaction
De la valeur au prix
Limites de méthodes
Limites de la méthode des comparables
Limites de la méthode des flux de tresorerie

Economies d'énergie | Gestion de budget | Fiches de révision | Calcul de consommation électrique | Calcul de consommation d'essence | Calcul de mensualité de crédit | Acheter ou faire construire ? | Devenir propriétaire ou rester locataire ? | Calcul de la date d'ovulation et d'accouchement | Le diagnostic performance énergétique | La dette et le budget de la france